Jean TARDIEU

Né à St Germain de Joux près de Nantua en 1903, Jean Tardieu appartient à une famille de peintres et de musiciens. On retrouve dans sa manière d’interroger constamment le langage l’attrait pour la musique et la couleur des mots, qu’il parcourt de cette constante interrogation : comment peut-on écrire quelque chose qui ait un sens ? Il poursuivra inlassablement cette quête du sens à travers les formes les plus variées de l’écriture et de la parole, tour à tour formaliste et lyrique, dramaturge et journaliste, ou encore cultivant « le rire inquiet » qu’évoque son exégète Jean Onimus. Mais ce rapide tour d’horizon ne serait pas complet sans l’attachement que Jean Tardieu a montré à l’art abstrait ou surréaliste de Jourdan, Hartung ou Ernst, travaillant alors aux côtés d’André Breton ou Julien Gracq.

 

Aussi ce poète qu’on dit humoristique ou fantaisiste traduit-il Goethe et Hölderlin tout en écrivant des poèmes de Résistance diffusés clandestinement entre 1941 et 1944. Travaillant chez Hachette quand Raymond Queneau est chez Gallimard, à la radio quand celui-ci conçoit des émissions de télévision, il côtoie l’Oulipo sans y adhérer. Il obtient en 1972 le grand prix de poésie de l’Académie Française. On lui doit parmi de nombreuses œuvres théâtrales « La comédie de la comédie », « La comédie du drame », « la comédie du langage », etc…

 

Régulièrement montées sur les scènes professionnelles, les pièces (courtes) de jean Tardieu sont également propices au travail en atelier des comédiens amateurs.

Le Prix

Après le décès de jean Tardieu en 1995, Madame Turolla-Tardieu, sa fille, a souhaité voir la création d'un prix décerné à un spectacle monté par une compagnie de théâtre amateur, afin d'honorer la mémoire de son père.

Le prix Jean Tardieu a donc été créé sous l'égide de la SACD et de la FNCTA. Il récompense tous les deux ans un spectacle novateur présentant une œuvre d'un auteur contemporain francophone membre de la SACD.

La première édition, en 2000, a eu lieu au Festival National de Théâtre de Narbonne. Depuis 2002, il est décerné à l'un des spectacles programmés au Festival National de Théâtre Contemporain de Châtillon-sur-Chalaronne.

Le jury est composé de Mme Turolla Tardieu ou de son représentant, d’un auteur représentant la SACD, d’un représentant de la FNCTA, d’un élu représentant le président de la Communauté de Communes de la Dombes.

La compagnie lauréate recevra sélection d'œuvres théâtrales contemporaines, en particulier les textes primés aux Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre.

 

Le Prix a été décerné….

… en                            … à                                                                … par 

2000      "La première" de Jean-Marie Combelles        Théâtre de la Luciole de Couffouleux

2002      "Thé à la Menthe ou t'es citron ?"

                               de Danièle et Patrick Haudecoeur   Théâtre de la Grille Verte de Saint-Etienne

2004      "Algarades" d'après Noëlle Renaude              Compagnie Chaos Léger de Paris

2006      Pour la 20ème édition du festival de Châtillon, le jury a décidé de remettre le Prix aux organisateurs                     du Festival en récompense de sa valorisation du théâtre amateur et des auteurs francophones                             contemporains.

2008     "Maman revient pauvre orphelin"

                                 de Jean-Claude Grumberg             Compagnie des Trois Petits Points de Lyon    

2010      "Cahin-Caha" de Serge Valetti                          Compagnie l’Entonnoir Théâtre de Brest

2012       "Des Tulipes" de Noëlle Renaude                   Compagnie Chaos Léger de Paris

2014       "Souvenirs assassins" de Serge Valletti          Compagnie Les Envies polymorphes de Paris

2016       "Sunderland" de Clément Koch                       Le Rideau Bleu de Paris

© Théâtre Contemporain En Dombes.           

Association loi 1901