top of page
Fond Site accueil 2329x563.jpg
fond_rencontres.png

Robert Poudérou vient de nous quitter,
quelques jours avant le vingt-cinquième anniversaire de son entrée à l’académie.

C’est en effet le 22 mai 1999, lors de la séance inaugurale, qu’il rejoignait l’« Académie Internationale des Auteurs Dramatiques Contemporains de Châtillon-sur-Chalaronne » où il avait été coopté par ses vieux amis et complices Claude Broussouloux et Victor Haïm. 

Robertpoudérou-2.jpg
ROBERT POUDEROU (2).JPG

L’académie avait prévu de se choisir un « secrétaire éphémère » (pour se démarquer de l’autre Académie), mais Robert en a assuré un secrétariat quasi-perpétuel autant que chaleureux, après que Claude Broussouloux lui ait transmis le flambeau de l’initiateur. Il s’y est fait apprécier par « sa gentillesse extrême, sa simplicité et son humour discret et raffiné » (Laurent, président de Théâtre Contemporain en Dombes).

Dans un appel téléphonique pendant le confinement, il regrettait que son état de santé ne lui permette plus de venir au Festival, où il avait disait-il, ses plus beaux souvenirs de théâtre. Il y avait vu jouer plusieurs de ses pièces, depuis « Les princes de l’Amour » au 11e Festival (en 1997) jusqu’à « Parce que c’était lui, parce que c’était moi » au 27e Festival (en 2013). Il y avait animé des ateliers, participé à des forums et à toutes les séances de l’Académie dont celle de 2002 où il avait reçu Fatima Gallaire. Cette même année, il remettait le Prix Jean Tardieu à la troupe du TGV pour « Thé à la Menthe ou Thé Citron ». La troupe lui fit ensuite l’immense plaisir de l’inviter dans les tribunes du stade Geoffroy Guichard à St Etienne. Car Robert n’avait pas que la passion de l’écriture théâtrale, il avait aussi celle du foot où il était un supporter inconditionnel de l’ASSE.

Auteur prolixe, puisque Mascarille liste 59 pièces de lui (dont 4 coécrites), sa production s’étendait de la fable légère à la pièce politique, de la parodie à la pièce historique. C’était un vrai grand auteur de théâtre, « dont l’écriture reste tellement belle, en excellent français. Un troubadour des temps modernes ! » (Marie-Paule, libraire du Festival). Même si son rêve de jeunesse, devenir réalisateur de cinéma, l’avait attiré à Paris, il est toujours resté fidèle à ses racines périgourdines. Il avait fondé en 1993 à Mensignac (Dordogne) le « Festival de la Mémoire des Humbles » où se mêlaient sur scène professionnels et amateurs dans des fresques théâtrales « racontant l’histoire de la France profonde, de cette France des gens de peu » comme il le dit à Guy Sabatier qui l’interviewe pour son excellent ouvrage « Le Théâtre de Robert Poudérou » (l’Harmattan).

Laissons-lui la conclusion (extraite du même ouvrage) : « J’ai essayé de proposer un théâtre populaire, si possible intelligent mais pas didactique, toujours en équilibre entre l’émotion et l’idée ». Essai réussi, Robert. Et même essai transformé, par toutes les troupes amateures qui se sont emparées de tes textes avec un grand bonheur.

Jean-Paul Saby

 Photo Emile Zeizig www.mascarille.com

37ème Festival National de

Théâtre Contemporain Amateur de La Dombes

du 28 mai au 1er juin 2025

Logo-mairie-300x119.jpg

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Ne manquez aucune information !

Vous êtes le

visiteur

Théâtre Contemporain En Dombes est adhérent à la Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre Amateur.

A ce titre, l'association est également membre de l'Union Régionale Rhône-Alpes de la FNCTA.

auratheatreamateur.fr

FNCTA_LOGO_COMPLET_RVB.png
bottom of page