SUR CE SITE

- Dès aujourd'hui : Le programme des RDVA et la billetterie en ligne

 et l'inscription en ligne pour le 34ème Festival National de Théâtre Contemporain du 25 au 29 mai 2022 - 

guy foissy-1.jpg

ADIEU, GUY

Guy Foissy au Festival de Châtillon - Photo zeizig – mascarille.com

Il avait fait ses adieux à Châtillon il y a quelques années, expliquant qu’il était désormais trop âgé pour supporter la fatigue du déplacement, qu’il fallait laisser la place aux plus jeunes. Et dans sa bouche, cela n’était pas une simple formule, un cliché utilisé pour dire qu’on veut se reposer. Il a toujours joué jusqu’au bout, avec un sérieux et une compétence qui forçaient l’admiration, ce rôle qui avait été assigné à l’Académie des Auteurs de Châtillon : nous faire découvrir de jeunes auteurs. C’est grâce à lui que nous avons découvert, entre autres, Luc Girerd, Alexandre Papias, Jean-Marc Weber qui sont entrés au répertoire du Festival.

Jean-Paul Alègre, son collègue à l’Académie ne manquait jamais de le saluer d’un chaleureux et respectueux « Mon vieux maître ». Car il était cela, un maître. Il en avait à la fois et la bienveillance et la compétence 

Bienveillant, derrière son œil malicieux, il avait toujours un mot aimable pour nous, organisateurs de Festival qui l’accueillions, pour les troupes qui le montaient, pour ses confrères qui partageaient avec lui les séances de l’Académie où son style et son humour étaient si prisés et pour les amis qui venaient chez lui.

Compétent et prolixe, il avait en 55 ans, publié plus de 60 textes, pépinière pour les troupes de théâtre, depuis la modeste troupe d’amateurs jusqu’à la Comédie Française qui en avaient fait un pilier de leur répertoire. Il est ainsi devenu le deuxième auteur le plus joué (au total des représentations et des lectures) au Festival de Châtillon (juste après « son élève » Jean-Paul Alègre).

La mort, avec qui il jouait au chat et à la souris à travers ses pièces, l’a donc rattrapé. « Veillée funèbre ou 1000 propos entendus autour de mon lit de mort » était une de ses pièces les plus jouées. Dans « A l’enterrement d’une page blanche », les personnages qu’il a créés se rassemblent autour de son cercueil pour parler de lui. Et ils ont souvent la dent dure. Car Guy c’était avant tout la dérision appliquée à soi-même plutôt qu’aux autres, la suprême élégance de l’esprit.

Après Israël Horovitz, c’est, en l’espace de six mois, le deuxième membre fondateur de l’Académie de Châtillon qui quitte le monde du réel pour rejoindre celui des rêves. Mais l’auteur de théâtre n’est-il pas celui qui a en permanence un pied dans chacun de ces deux mondes ? Il nous a réservé un dernier coup de théâtre, une sortie à la hauteur de l'homme qu'il était... la dernière de ces sueurs froides que l'on aimait tant dans ses pièces et qui aujourd'hui nous glace pour de bon.

Nos pensées vont à Chantal, son épouse, qui l’a si bien accompagné dans ses dernières aventures théâtrales et humaines et que nous avions tant de plaisir à voir arriver à ses côtés.

guy foissy-2.jpg

« Derniers Cris » de Guy Foissy au Festival de Châtillon–

Compagnie « Le Valet de Cœur » - Photo zeizig – mascarille.com

Vous êtes le

visiteur

Théâtre Contemporain En Dombes est adhérent à la Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre et d'Animation.

A ce titre, l'association est également membre de l'Union Régionale Auvergne Rhône-Alpes de la FNCTA.

fncta-rhone-alpes.fr